SEO

Comment éviter les pénalités SEO de Google ?

Temps de lecture : ~7'

Ce guide va parler d’un sujet qui fait trembler les webmarketeurs spécialisés dans le SEO : les pénalités Google.

Si de bonnes pratiques SEO, naturelles et régulières peuvent positionner votre site web au top du ranking Google, tout votre travail peut également s’effondrer si vous usez de pratiques malhonnêtes ou jugées néfastes par Google. Découvrez, au sein de ce guide, les différentes pénalités Google, ce qu’elles impliquent et comment les éviter.

Qu’est-ce qu’une pénalité Google en matière de SEO ?

Une pénalité Google peut directement affecter le SEO, ou référencement naturel, de votre site internet. Concrètement, il s’agit d’une sanction consécutive à de mauvaises pratiques SEO, ou des pratiques totalement artificielles, aussi appelées black-hat. Ces pénalités affecteront votre référencement naturel, et ce, de manière plus ou moins significative.

Les effets de ces pénalités peuvent aller d’une simple baisse de position dans le résultat des moteurs de recherche à une pure et simple disparition de votre site du moteur de recherche le plus utilisé dans le monde. Le deuxième cas implique donc un effondrement du trafic de votre site web, particulièrement si l’audience de ce dernier repose intégralement sur le trafic organique.

Les pratiques sanctionnées par Google pouvant mener à une pénalité

Pour être sanctionné par une pénalité Google, il est nécessaire d’avoir enfreint ce que Google considère comme les “lois” de son moteur de recherche. Certaines pratiques sont en effet peu recommandées et détestées par l’algorithme Google. C’est la raison pour laquelle, si vous usez de ces pratiques vous aurez de fortes chances de subir une pénalité, manuelle ou algorithmique.

Voici en bref, quelques-unes des pratiques qui ne feront pas la joie du moteur de recherche :

  • Les backlinks non naturels et forcés ou provenant d’un site de mauvaise qualité : si Google détecte d’un coup, un nombre de backlinks trop important de différents sites pointant vers le vôtre ou trop de backlinks d’un seul site pointant vers le vôtre, cela signifie que votre stratégie de netlinking n’est pas naturelle et que ces backlinks ont pu être achetés ou échangés. Préférez toujours un backlink naturel basé sur la notoriété et l’autorité de votre site, que des liens ayant été achetés ou échangés.
  • Le cloaking : le cloaking est une pratique de black-hat particulièrement efficace. Il s’agit de créer deux formes de contenus différents sur une seule et même page. L'un sera destiné aux utilisateurs du site et l’autre sera destiné aux moteurs de recherche. Il est effectivement compliqué de conjuguer un contenu optimisé, pour le SEO, et contenu lisible, cohérent et appréciable par un internaute. Le cloaking règle immédiatement ce problème, raison pour laquelle le recours à cette pratique est fortement sanctionné par Google.
  • Le spam de mots-clés : ce n’est un secret pour personne, spammer un seul mot-clé au sein d’une page n’est pas une chose à faire. Google peut prendre ça comme une tentative de détournement de son algorithme. De plus et nous ne le rappellerons jamais assez, mais, qu’il s’agisse de nombre de mots-clés ou de contenus, quantité ne signifie pas qualité et encore moins pertinence.
  • La génération automatique de contenu.
  • Le contenu dupliqué : Google aime le contenu original, si votre site internet ou son contenu s’avère être un copier-coller d’un autre site internet, cela peut vous valoir une pénalité automatique ou une dénonciation de la part du site internet dont vous avez copié le contenu, ce qui débouchera sur une pénalité manuelle.

Cette liste n’est bien évidemment pas exhaustive et les pratiques sanctionnées par Google ne sont jamais gravées dans le marbre. Elles sont, à tout moment, susceptibles de changer au gré des algorithmes de Google.

Bon à savoir : 

Il est important de noter que ces derniers étant basés sur le machine learning, cela signifie qu’ils apprennent au fur et à mesure du temps qui passe et que les pratiques sanctionnables évolueront elles aussi.

Les deux types de pénalité Google : manuelle ou algorithmique

Il existe deux types de pénalités bien distinctes chez Google. La pénalité manuelle et la pénalité automatique ou algorithmique.

Concrètement, une pénalité manuelle signifie que quelqu’un de l’équipe qualité de chez Google a analysé votre site internet et a décidé de le sanctionner. Cela signifie donc que c’est un humain qui est à la base de cette sanction. Cela signifie également qu’il sera beaucoup plus difficile de défendre l’honnêteté de vos pratiques.

La pénalité automatique, ou algorithmique, signifie que l’un des algorithmes mis en place par Google pour établir son système de ranking a repéré votre site comme étant frauduleux. Cela signifie donc qu’aucun être humain n’est à la base de cette sanction et qu’il est peut-être encore possible de vous défendre.

Quelques exemples d'algorithmes employés par Google

Au fil des années, Google a bien évidemment mis à jour ses algorithmes et la manière dont il juge et classe la pertinence des différentes pages et des différents sites internet. C’est la raison pour laquelle les pratiques en matière de SEO ont tant évolué.

Cependant, si un nombre incalculable d’algorithmes ont été conçus et déployés par Google, certains doivent absolument être compris et analysés. En voici trois :

  • L'algorithme Panda ;
  • L’algorithme Pingouin ;
  • L’algorithme Fred.

L’algorithme Panda : l'analyse globale de votre site internet

Le premier algorithme de Google susceptible de vous infliger une pénalité si vous ne le respectez pas se nomme l’algorithme Panda. Ce dernier analyse l’ensemble du maillage interne et externe de votre site internet. Qu’il s’agisse de liens internes ou externes, Panda surveille que votre site ne soit pas frauduleux.

Voici les différentes pratiques surveillées par l’algorithme Panda susceptibles de déboucher sur une pénalité SEO.

  • L’apparition d’un nombre de liens externes trop important : si, sur un laps de temps très court, un nombre de backlinks anormalement élevé est détecté sur votre site internet, cela signifie que vous les avez payés.
  • Un site trop profond : tout bon spécialiste du référencement naturel le sait, un internaute doit être capable d’accéder à n’importe laquelle de vos pages en moins de trois clics. Un site trop profond signifiera une mauvaise indexation des pages de votre site et cela est un mauvais signe pour la pertinence d’un site et l’expérience utilisateur.
  • Le temps de chargement de votre site : un internaute quitte un site web en l’espace de 3 secondes si une page ne charge pas suffisamment vite. Cela signifie que votre site internet est trop lourd, contient trop d’éléments à charger etc... Au-delà d’augmenter votre taux de rebond, cela signifie que votre site n’est pas de qualité.
  • Trop de duplicate content.
  • Le cloaking : avant que l’algorithme Panda n’arrive pour réorganiser la Serp, l’une des pratiques favorites des référenceurs consistait à mettre une grande quantité de mots-clés écrits en blanc sur un fond blanc. Ces mots-clés étaient invisibles pour l’utilisateur, mais le bot de Google, lui, les détectait. C’est le principe du cloaking, présenter certains éléments au bot de Google, mais pas à l’internaute afin de ne pas ruiner son expérience utilisateur.
  • Le spam de mots-clés ou keyword stuffing : le bourrage de mots-clés, à savoir, mettre énormément de fois un certain mot-clé plusieurs fois, est une pratique pouvant mettre en danger la pérennité de votre site web. Cela nuit à l’expérience utilisateur et à la lisibilité de votre texte et puisque Google place la qualité de l’expérience utilisateur au cœur de ses préoccupations, cela se répercutera forcément sur le référencement naturel de votre site internet.

L’algorithme Pingouin : le focus sur le netlinking de votre site internet

Le second algorithme a été mis au point et déployé par Google pendant l’année 2012, soit une année après Panda. Ce second algorithme s’articule principalement autour du netlinking, de la qualité de vos liens, ainsi que de leurs ancres.

Voici ce, sur quoi l’algorithme Pingouin veille :

  • Combien de liens votre site web a-t-il enregistrés sur une seule période ? Un nombre trop important semblera forcément suspect.
  • De quels sites proviennent ces liens. Si vous enregistrez plusieurs backlinks provenant d’un seul site, ce n’est généralement pas bon signe...
  • Est-ce que ces backlinks sont de qualité ? Proviennent-ils de sites avec la même thématique, ces liens sont-ils cohérents, les ancres sont-elles optimisées ou non ? Le rapport lien dofollow et nofollow est-il suffisamment élevé (un ratio de 80-90% est à privilégier).

Comme vous l’aurez constaté, le Pingouin, contrairement au Panda, se concentre principalement sur le netlinking, sa qualité, l’optimisation des ancres et la provenance de ces liens. Sachant que la qualité du netlinking de votre site internet déterminera principalement sa pertinence et son autorité pour Google.

L'algorithme Fred : la pénalité pour les contenus pas suffisamment qualitatifs

Le dernier algorithme pouvant vous valoir une pénalité SEO se nomme sobrement Fred. Après Panda, qui était un algorithme plutôt global, Pingouin qui était plutôt axé sur le netlinking, Fred se penche plus particulièrement sur le contenu de votre site internet. Il analyse notamment la qualité du contenu de votre site internet et valorise un meilleur UX design (expérience utilisateur).

Voici les pratiques que Fred n’apprécie pas et pouvant déboucher sur une pénalité SEO pour votre site internet.

  • Trop de publicités : le rapport publicité/contenu est un critère de qualité d’un site internet. Si ce dernier possède trop de pub et pas suffisamment de contenu, cela peut grandement détériorer l’expérience utilisateur et donc dégrader la qualité de votre site.
  • Un silo mal construit : les pages web de votre site internet doivent être cohérentes. Un siloing consiste en l’organisation d’un site internet en fonction des catégories de produits ou de services proposés.
  • Un contenu peu diversifié : l’absence d’images, de vidéos, dégrade fortement l’expérience utilisateur. Trop de textes rendent une page internet lourde à lire pour un internaute. Pour éviter d’être sanctionné par Fred, n’hésitez pas à ajouter des images, des vidéos, des graphiques.

Comment éviter les pénalités en matière de SEO ?

Il s’agit du meilleur moyen d’assurer la pérennité de votre site internet. Ne pas se faire attraper par Google permet d’assurer un trafic régulier. Si votre site repose essentiellement sur du trafic organique et donc issu du moteur de recherche Google, ne prenez pas le risque de vous faire pénaliser bêtement pour essayer de gratter quelques rangs dans la Serp.

Éviter les pénalités SEO, respecter les critères de qualité mis en place par Google et utiliser des pratiques naturelles reste bien évidemment le seul moyen de ne pas voir son site se faire déclasser, voir, de disparaître de la Serp.

Vous pouvez également surveiller la température du moteur de recherche via différents sites bien connus des spécialistes du référencement SEO comme Mozcast ou Algoroo. Ces sites internet permettent d’analyser les turbulences de la SERP et les éventuels changements de position d’un site internet. Si la SERP est mouvementée, cela signifie que l’algorithme est en train d’évoluer.

Que faire si mon site a été pénalisé par Google ?

Si vous constatez une baisse anormale de votre trafic, de grosses pertes de position de votre site web ou pire encore, la disparition pure et simple des pages de votre site internet du moteur de recherche, cela signifie que le SEO de votre site a probablement été pénalisé par Google. Pour cela, vous pouvez notamment utiliser la Google Search Console qui vous indique une pénalité et même quel type de pénalité vous ont été infligés.

Une fois que vous avez repéré une pénalité, à vous de jouer pour modifier cela et espérer que Google repasse sur votre site internet et soit clément. Misez sur du contenu de qualité et bien rédigé, des liens de qualité, l’optimisation de l’architecture de votre site et de son PageSpeed.

GDA

GDA

Webmarketing - SEO
3 rapports utiles sur la Google Search Console